Aedes albopictus, alias le moustique tigre, est désormais implanté dans de nombreux départements métropolitains. Sa prolifération expose les populations au risque de transmission de la dengue et du chikungunya.

Présent dans nos jardins et sur nos terrasses, où il aime pondre dans les coupelles, les jouets ou objets abandonnés et dans les réservoirs d’eau non couverts, le moustique tigre est désormais installé durablement dans 51 départements français, soit 9 de plus que l’an dernier. Son implantation est tenu sous haute surveillance par les autorités sanitaires car le moustique expose au risque de transmission des « arboviroses »,  principalement le chikungunya et la dengue.

SUR LE MÊME SUJET
Comment dissuader les moustiques de nous piquer

16 CAS DE CHIKUNGUNYA ET 333 CAS DE DENGUE SIGNALÉS EN 2018

En métropole, la surveillance épidémiologique du chikungunya, de la dengue et du virus Zika est basée sur la déclaration obligatoire (DO) des cas probables et confirmés. Dans les départements métropolitains où le moustique Aedes albopictus est implanté, du 1er mai au 30 novembre, la surveillance par la DO est dite « renforcée », avec le signalement de cas importés dès la suspicion clinique pour mettre en place des interventions de démoustication. « La population exposée augmente chaque année, proportionnellement au nombre de départements colonisés par le moustique ainsi qu’au nombre de voyageurs de retour des zones à risque » souligne Santé publique France dans son dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire.

En 2018, 16 cas de chikungunya, 333 cas de dengue et 10 cas de Zika ont été notifiés. Du 1er mai au 30 novembre, 7 cas importés de chikungunya, 197 cas importés et 8 cas autochtones de dengue et 1 cas importé de virus Zika ont été confirmés.

« L’extension d’Aedes albopictus en 2019 à neuf nouveaux départements pose la question de la soutenabilité du dispositif actuel de surveillance. Il pourrait être recentré sur les cas confirmés ou probables, en l’absence de transmission autochtone, pour une meilleure efficacité et utilisation des moyens » suggère Santé publique France.

Diallo ABOUBACAR | Ingenieur Informatique PDG & Chef de Projet à Smart Guinee

Aboubacar Diallo