February 16, 2019

Dans un communiqué, la Fédération africaine de la santé appelle à intensifier les nouveaux modèles de Partenariats public-privé (Ppp) qui pourraient beaucoup apporter à l’Afrique, précisément dans le domaine de la santé.

La Fédération africaine de la santé préconise de nouveaux modèles de Partenariats public-privé (Ppp) qui pourraient changer le visage des soins de santé en Afrique. Elle veut ainsi proposer une nouvelle stratégie de Ppp afin d’augmenter les soins de santé dispensés dans le continent. Selon un communiqué de cette organisation, le secteur privé de la santé ainsi que les Organisations non gouvernementales sont bien placés pour contribuer à améliorer les soins de santé à travers le continent. Le communiqué de préciser : bien que des Ppp aient été mis en place, « ces derniers doivent être intensifiés si l’Afrique veut surmonter les défis auxquels elle est confrontée en matière de santé ». Pour ces nouveaux modèles, la Fédération africaine de la santé propose de les mettre en œuvre en trois étapes. La première comprendra un dialogue entre le gouvernement et les fédérations du secteur privé dans le but de clarifier les rôles et de s’entendre sur une vision commune. La deuxième étape vise la création ou l’adaptation des cadres réglementaires et des obligations contractuelles et l’institutionnalisation des actes de Ppp. La troisième constituera la phase de mise en œuvre du projet qui comprendra la construction et l’utilisation des projets et produits, suivies de l’évaluation de la mise en commun des informations et des études de cas. « La différence avec les modèles traditionnels de Ppp, c’est que les destinataires ne sont pas les gouvernements, mais plutôt les propriétaires ou les responsables de la mise en œuvre et peut-être même les investisseurs de ces solutions », a récemment déclaré Valter Adão qui est repris par le communiqué. M. Adão est responsable de Deloitte digital Africa et de Healthcare and life sciences.

Dr Amit Thakker, président de la Fédération africaine des soins de santé, souhaite que l’innovation soit menée par le secteur privé, tandis que le secteur public devrait être chargé de créer un environnement propice à l’épanouissement de l’innovation. Selon toujours le communiqué, le 7ème Salon et congrès africain sur les soins de santé (qui se tiendra du 7 au 9 juin 2017 à Johannesburg, en Afrique du Sud) parlera de ce sujet. Plus de 9.300 professionnels de la santé et experts médicaux locaux et internationaux y seront attendus

Directrice de publication

Fatou N'diaye Diallo