February 16, 2019

  Situé à trente-huit kilomètres de la commune urbaine de Boffa, ce district est confronté à d’énormes difficultés sanitaires et cela s’explique par le manque cruel de médicaments, de frigo pour la conservation des vaccins et surtout d’un personnel soignant.

Avant, le poste de santé de ce district avait seulement pour mission la prise en charge des premiers soins. Actuellement, il est incapable d’assuré même les premiers soins pour des malades qui s’y rendent à cause du manque des médicaments adéquats. Dans son état actuel, Ce centre de santé ne dispose que des produits antipaludéens. Il n’a qu’un seul agent, les équipements sont vétustes, un lit et cet agent peut observer parfois un mois d’absence.

Concernant la dotation en médicaments et du personnel, le président du district demande de l’aide tout déplorant la situation : « On a besoin de soutien de la part des ressortissants, du gouvernement et des personnes de bonnes volontés. Mais surtout, le Ministre de la santé. Quand on a un malade ici, c’est la souffrance pour nous de l’évacuer à l’hôpital préfectoral de Boffa compte tenu de l’état de la route qui est très dégradé. Et le pire, parfois pour les premiers soins, on trouve aucun agent sur place », a déploré et plaidé Aly Manda Soumah. De son côté Alpha Soumah, agent communautaire pense que les citoyens de Farengna souffrent énormément, parfois on peut envoyer un malade et qu’il ne trouve pas un soignant surtout les femmes en état de famille. Là où le bât blesse encore, dans ce poste de santé il y a qu’un seul lit.

A noter qu’aujourd’hui, le constat révèle que dans toutes les sous-préfectures de Boffa, surtout les plus enclavées sont en manque de personnel soignant dans les structures sanitaires.

Aly Badara Yonssiny depuis BOFFA

Alimou Diallo

Nous vous recommandons également...